Retour sur le Championnat du Monde avec Félix et Marketa

Retour sur le Championnat du Monde avec Félix et Marketa

Durant cette trêve internationale, les meilleures nations du monde sont réunies en Espagne pour disputer les Championnats du Monde. Le Saint-Amand Handball y est représenté avec la présence de Marketa Hurychova, arrière droite de l’équipe et de Félix Garcia, coach principal de la D2F tous deux partis défendre les couleurs de la République Tchèque. À l’issue du tour préliminaire, la République Tchèque a réussi à se qualifier pour le tour principal en battant la Slovaquie dans le “Derby” de l’est ! 

Nous revenons avec eux sur cette expérience qui n’est pas encore finie !

Bonjour à tous les deux, tout d’abord première question, comment allez-vous à la suite de cette qualification ?

Félix Garcia : On est très heureux de cette qualification, c’était l’objectif principal de notre équipe avant la compétition, on y est arrivé donc on est très content et satisfait. On sort d’un groupe compliqué avec 3 équipes européennes. Les filles ont fait un très bon travail pour en arriver là. 

Marketa Hurychova : Je me sens un peu fatiguée après cette première partie du tournoi. Nous avons 3 matchs derrière nous avec une seule victoire face à la Slovaquie, on perd face à la Hongrie après un bon match où, je pense, nous avions une chance. Après on perd également face à l’Allemagne qui est une équipe très forte et je pense que cette équipe ira loin.

Ça fait quoi de vivre une expérience pareille ? Un Championnat du Monde dans son pays ça doit être magique Félix non ?

FG : Malgré le fait que ce championnat se déroule dans mon pays (en Espagne), on est tout le temps dans l’hôtel ou à la salle. C’est bien que ce soit dans mon pays car je peux apporter plus à mon équipe dans la partie organisation mais au niveau personnel je le prends comme tous les Championnats du Monde. 

Et toi Marketa, comment vis-tu cette expérience d’un Championnat du Monde ?

MH : C’est incroyable pour moi, c’est une énorme expérience de jouer contre les meilleures joueuses du monde et j’essaie d’apprécier le plus possible ces moments. Ce sont vraiment des matchs très difficiles mais nous donnons tout pour faire de notre mieux.

Parmi vos 3 premiers adversaires, lequel a été le plus impressionnant à affronter ?

FG : Les plus fortes auront été les Allemandes, c’est une équipe très solide, avec des joueuses de très haut niveau. Elles sont jeunes et très complètes. C’est à mon sens une équipe très équilibrée qui peut aller loin dans le championnat.

MH : Je pense que ce sont les Allemandes, elles ont fait d’énorme progrès ces dernières années avec notamment une défense très agressive. Elles sont également très rapides et dynamiques en attaque.

Pour les prochains matchs vous vous retrouvez dans une poule avec le Danemark, le Congo, la Corée du Sud ainsi que l’Allemagne et la Hongrie que vous avez déjà rencontré au tour préliminaire. Quel est votre ressenti sur ce groupe ?

FG : Le tirage ne nous est pas favorable, on sort d’un groupe difficile et on atterri dans un groupe qui l’est encore plus avec le Danemark, la Corée ou le Congo. L’objectif d’aller chercher les quarts de finale est très difficile, il ne reste que les meilleures équipes du monde désormais. L’ambition sera malgré tout de réaliser des performances de haut niveau et de tout donner jusqu’à la fin. 

MH : Je pense que chaque adversaire est difficile à jouer désormais mais nous ferons le maximum pour obtenir le meilleur résultat possible à ce Championnat du Monde. Le match le plus dur sera certainement face au Danemark en revanche je pense que l’on peut être favorites face au Congo.

Une question pour toi Félix, Quel est la différence entre ta mission de coach principal en club et celle de coach adjoint en sélection ?

FG : Le rôle est forcément différent, le rôle de l’adjoint est très important dans une équipe mais forcément je m’occupe un peu plus du côté individuel avec beaucoup de travail avec les filles, des analyses de notre équipe et des adversaires avec la vidéo. Là où l’entraineur principal doit plus avoir une vision générale de la stratégie globale que l’équipe va adopter. Je suis à l’aise dans les deux rôles.

Marketa, comment vous vivez cette qualification au sein du groupe ? Vous vous rendez compte que vous venez d’accomplir quelque chose d’historique pour votre pays ou alors vous restez dans votre bulle ?

MH : On s’entend toutes très bien au sein de l’équipe et j’ai beaucoup d’amies ici, on se soutient mutuellement. Notre but était d’arriver au tour principal, maintenant nous sommes entièrement concentrées sur nos prochains matchs pour obtenir le meilleur classement possible.

Désormais, on leur souhaite le meilleur pour la suite du tournoi en espérant les voir réaliser de belles choses avec la République Tchèque !

photo : J. Navarro (IHF)