Les Louves battues dans un final haletant

Les Louves battues dans un final haletant

Au terme d’une fin de match étouffante, les Amandinoises ont perdu d’un souffle face à Nice (31-32) à la salle Maurice Hugot, devant ses fervents supporters. Pourtant les filles de Félix Garcia ont eu des balles d’égalisation dans les ultimes instants, à la fois refusées et repoussées par la gardienne niçoise. Dommage face à un adversaire à la portée des filles et également en course pour le maintien en Ligue Butagaz Énergie.

Le Nord contre le Sud. Saint-Amand contre Nice, un duel des extrêmes pour deux équipes avec un objectif commun : se maintenir en D1. Un affrontement « coché sur le calendrier » pour les deux formations qui ont besoin de points pour bien commencer l’année 2023. Un départ qui a profité d’abord aux Niçoises, adroites dès les premières minutes de la rencontre pour prendre les rênes et se donner une avance confortable (1-6, 8e).

Félix Garcia a dû user d’un premier temps mort très tôt pour remettre son groupe sur les bons rails. Les Louves ont retrouvé le chemin des buts et sont parvenues à tenir un écart de 3-4 buts avec Nice pendant une dizaine de minutes (3-7, 10; 11-14, 20e). Puis les arrêts décisifs de Maja (14 arrêts totaux) et l’adresse Émilie Bellec (meilleure marqueuse de la 1ère période pour Saint-Amand avec 4 buts) ont ramené les Amandinoises à un petit but (13-14, 22e). Nice a contrecarré les plans nordistes pour se redonner de l’air avant la pause (15-18, 30e).

En début de seconde période, une infériorité numérique malvenue pour les filles a profité aux Niçoises pour partir seules devant (16-23, 38e). Dans les vingt dernières minutes, derrière au score, les Louves ont à nouveau, à domicile, sonné la révolte. Saint-Amand peu à peu comblé son retard. Les précieux buts de Louison Boisorieux (7 au total) ont redonné espoir à toute la meute, tout comme les précieux blocs défensifs dans les cinq dernières minutes – avec un seul but concédé. Malheureusement pour les joueuses de Félix Garcia, les dernières munitions amandinoises n’ont pu éviter la courte défaite. D’abord avec un but de Maëlle Chalmandrier refusé à trente secondes du terme, puis un ultime arrêt de la gardienne niçoise sur la tentative de Romane Frécon, si proche de la libération. 


Adrien FEDELI