Immersion dans les Backstages des matchs LBE (2)

Immersion dans les Backstages des matchs LBE (2)

Partons à la rencontre de Roland Béraud et Arnaud Desmulie, tous deux responsables de salle lors des rencontres de nos louves à la salle Maurice Hugot. Ils ont tous deux un vrai rôle à jouer dans une période marquée par de nombreuses contraintes sanitaires avec et sans public.

 

Pouvez-vous nous expliquer vos missions les jours de matchs dans ce rôle de responsable de salle ?

A.D : Pour moi, il y a 2 façons de voir ce rôle. Le premier est lors des matchs amateurs où il faut veiller au bon déroulement du match et à la sécurité du public mais aussi de tous les acteurs du jeu.

Lors des matchs professionnels, c’est la même chose mais il faut arriver 2 heures avant le match afin d’accueillir les équipes mais aussi les arbitres et délégués.
Ensuite, il faut aller à la réunion technique et expliquer toutes les règles mises en place au club les soirs de match. Lors de cette réunion, le protocole de match est évoqué.

R.B : Je suis désigné par le club pour la fonction de responsable de l’espace de compétition et de la salle. C’est le club d’appartenance qui désigne obligatoirement un Licencié Majeur qui va figurer sur la feuille de match.

J’ai la responsabilité auprès des juges arbitres, du juge délégué, des joueuses adverses des officiels de leurs biens être avant, pendant et après le match. Je note aussi toutes les infractions non admises sur le terrain (colle, passage des photographes sur le champ hors horaires de jeu). Le guide des compétitions nous aide à remplir notre fonction en corrélation avec le niveau de jeu proposé. De plus les dispositions relatives au secteur professionnel demandent de prévoir un chef de plateau.

Je suis aussi chargé d’accueillir le juge délégué, les juges arbitres et les responsables de l’équipes adverse afin de leur mettre à disposition les installations. Les juges arbitres sont accompagnés avant, pendant et après la compétition. Si ceux-ci en font la demande je les accompagne de la gare à la salle et jusqu’à leur hôtel.

Missions du responsable de la salle et du chef de plateau :

  1. Mise en place du dispositif global permettant de garantir le bon déroulement de la rencontre
  2. Prise de contact avec les équipes participantes, organisation de leur séjour et de leur installation dans les vestiaires.
  3. Conduire en amont le match, les opérations nécessaires à mettre en place et l’aménagement du plateau : filet, but, publicités terrain et faire respecter les clauses de la LFH pour le bon déroulement de la rencontre.
  4. Garantir la sécurité des acteurs pendant la durée de la rencontre et après disposer de toutes les prestations permettant de répondre aux incidents en matière de Santé et ou de la sécurité des acteurs durant la rencontre.

Qu’est-ce qui a changé pour vous lors les matchs avec du public il y a quelques semaines par rapport à ceux de l’année dernière ?

A.D : Le public fait partie du spectacle, il met l’ambiance et encourage notre équipe, mais il fallait l’accueillir dans de bonnes conditions, dans le respect des règles sanitaires, pour leur protection personnelle mais aussi pour la protection des autres spectateurs et des joueuses.

Il a donc fallu tout mettre en place une gestion des flux afin que les joueuses ne croisent aucun spectateur dans les couloirs. Nous avions besoin de plus de concentration, plus de communication, plus de vigilance et de rigueur. Nous n’avions pas le droit à l’erreur du fait de la situation d’autant plus que le premier match était télévisé.

R.B : Le rôle que je tiens au sein du club est de me rendre disponible pour assurer que l’ensemble des acteurs soit protéger quelques soit l’issu de la rencontre. Nous ne pouvons pas prendre des dispositions contraires au règlement de la LFH dans cette compétition.

Arnaud, peux-tu nous expliquer qu’est-ce que le sanctuaire ? Qui a le droit d’entrer ?

A.D : Le sanctuaire est une zone où seules les personnes testées négatives au Covid-19 36h avant le match ont le droit de pénétrer. Il s’agit donc du terrain praticable, le 40*20, les bancs, la table de marque donc on va dire 3m environ dernière les lignes de touches. Le but étant de protéger les acteurs du jeu qui sont dans cette zone sans masque.

Est-ce que le fait de jouer à huis clos a changé des choses dans vos missions ?

A.D : Non pas spécialement, j’apporte la même rigueur qu’il y ait du public ou non car l’essentiel est que le match se déroule et aille à son terme tout en ayant veillé à la sécurité de tous.

R.B : Le fait de jouer à huis clos ne change en rien la façon de fonctionner seul le nombre de personnes à gérer change. La réunion d’avant match définis les protocoles à suivre et à mettre en place. Rien ne change avec les arbitres, si ce n’est que la proximité est plus importante : avec la pandémie ils se retranchent derrière un règlement et un protocole. Parfois les dispositions à huis clos nous arrivent au compte-goutte et nous devons adapter au fur à mesure nos mises en place le jour du match.

Lors des matchs à huis clos, une liste de personnes désignées par la LFH est envoyée aux clubs concernés. Ceux-ci doivent absolument se plier à cette liste nominative sous peine de se voir sanctionné.